Parenthèses: Les invisibles par Lee Jeffries

Les invisibles par Lee Jeffries

23/09/2014



Les invisibles de la rue, ce sont ceux que l’on ne regarde pas, où que l’on ne regarde plus.
Nous en croisons pratiquement tous les jours, leur donnons une pièce et au mieux nous discutons quelques minutes…

Face aux photos de Lee Jeffries, il n’y a pas d’échappatoires, on ne peut pas se soustraire au regard de ces abimés de la vie, à leurs regards qui fixent l’objectif.

C’est une rencontre en 2008 avec une jeune fille sans abri dans les rues de Londres qui va changer radicalement la démarche artistique de l'artiste , photographe autodidacte anglais.
Après avoir volé un cliché, quelque chose l’a poussé à rester et à aller discuter avec elle.
Touché par la personnalité de cette dernière, il décide de placer les SDF au cœur de son art. Il compose alors une série de photos nommée Homeless.

De Londres à New York, de Los Angeles à Rome, il a parcouru quantités d’agglomérations pour aller à la rencontre de ces SDF avec à chaque rencontre, la volonté de créer des liens avec ses modèles afin de pouvoir saisir  l’émotion qui est en eux.

"L'image finale constitue le symbole d'une rencontre, généralement longue de plusieurs heures, mais pas sa raison première. Ce qui m'importe avant tout, c'est d'établir une connexion émotionnelle", explique le photographe.

Les traits sont creusés et les visages abimés par une vie de souffrance.
Toujours en noir et blanc, pour mieux faire ressortir les émotions communiquées par les yeux de ces oubliés de la société. 
On subit un electrochoc , on prend leurs regards de plein fouet. 







En Mars 2014, avec des clichés de sa dernière série Lost Angels vendus aux enchères, l’artiste a  récolté des milliers de dollars qui ont entièrement été reversés à une association d’aide aux démunis. 

21 commentaires:

  1. Saisissants portraits! quelle belle démarche

    RépondreSupprimer
  2. Des invisibles, j'en croise tous les jours ici. C'est beau de les voir et de leur donner une autre dimension à leur vie.

    RépondreSupprimer
  3. des photos qui touchent au coeur sans détours et une démarche artistique magnifique

    RépondreSupprimer
  4. les regards sont saisissants .. ils nous interpellent enfin moi je le suis

    RépondreSupprimer
  5. je suis scotchée ces clichés sont superbes

    RépondreSupprimer
  6. Ces visages sont d'une beauté terrible.

    RépondreSupprimer
  7. Je suis frappé par la similitude de tous ces regards... Quand on prend le temps de discuter, on se rend compte que nous pourrions tous en être là, alors, oui, il faut leur parler !

    RépondreSupprimer
  8. Des regards poignants...C'est bien que les profits aient été reversés aux démunis.

    RépondreSupprimer
  9. des regards qui questionnent effectivement

    RépondreSupprimer
  10. Les photos sont belles et les regards sont terribles. J'ai beaucoup de peine pour les enfants :/

    RépondreSupprimer
  11. superbe série de portraits , j'adore

    RépondreSupprimer
  12. waou! très belels photos qui nous invitent à regarder de plus près… nous qui parfois avons tendance à fuir…
    bise

    RépondreSupprimer
  13. Un travail fort, hypnotisant même.

    RépondreSupprimer
  14. Quel magnifique travail, très dur, aussi dur que de vivre dans la rue
    Beau partage
    Biszq

    RépondreSupprimer
  15. Ce photographe est génial! Ses photos sont superbes! J'adore le choix du noir et blanc qui fait ressortir le regard! Ces SDF sont presque trop beaux dans leur misère! C'est effroyable!
    Merci Isa de nous faire découvrir tous ces artistes!

    RépondreSupprimer
  16. les portraits sont fascinants de beauté ! Et quelle belle démarche en plus.. J'aime quand l'art rejoint ainsi le quotidien.

    RépondreSupprimer
  17. Superbes photos. Elles sont saisissantes !!!
    La dernière me rappelait quelques choses, je viens de retrouver où je l'avais vu :
    Au Dôme du Marais à Paris
    http://www.happycity-blog.com/2012/10/bonnes-adresses-brunch-paris-le-dome-du.html
    J'étais restée scotchée devant ce portrait...
    Superbe article.
    Bonne journée,
    Géraldine

    RépondreSupprimer