Rien ne s'oppose à la nuit de Delphine de Vigan

06/03/2012


Je sais que de nombreux billets ont été écrits sur ce livre et j’arrive, comme souvent, bien tard…Pourtant, je vais quand même publier le mien.
Et même si ma vie fait que j’ai mis des semaines à le lire et à le terminer, j’ai quand même beaucoup aimé.
 
Après No et Moi, j’étais très pressé de retrouver l’univers de Delphine de Vigan.

Comme beaucoup, fortement attirée par la photo de la couverture et ce titre,’ Rien ne s’oppose à la nuit’, emprunté à la mythique chanson Osez Joséphine d’Alain Bashung.
Au début de son livre, l’auteur reconnait humblement qu’il est difficile d’écrire l’histoire de sa famille, de sa mère.
Surtout quand cette dernière s'est donné la mort à 61 ans  et fut retrouvée par sa fille, après cinq jours, dans son appartement.

Difficile de traiter d'un sujet aussi intime, qui soit assez général pour intéresser les lecteurs, assez personnel pour être sincère, assez authentique pour permettre à son auteur de sublimer réellement le choc de cette mort.
Mais nul doute, il s’agit d’un livre bouleversant, qui évoque des failles qui existent chez chacun, plus ou moins …

Oui, chaque famille traine son histoire. Même si bien évidemment elle est beaucoup moins tragique que celle de Delphine de Vigan.
Oui, l’évocation de nombreux souvenirs de famille au fil des chapitres peut ramener à la mémoire de chacun un propre élément de son enfance et troubler.

Oui, en lisant ces pages, on se dit que notre histoire familiale marque toujours de façon plus ou moins indélébile notre vie et cela a un côté particulièrement effrayant quand on y pense.
Et puis, surtout, cela oblige à prendre du recul par rapport à l'histoire que l'on est en train de construire, à celle qui forgera les prochaines années de son enfant.

Voila.
J’ai pris énormément de plaisir à lire ce roman car il est délicat, pudique et respectueux, honnête et digne.
Je tenais à l'exprimer ici , notamment pour ceux et celles qui ne se seraient pas encore décidé à affronter l'histoire de Lucile. 

26 commentaires:

  1. Réponses
    1. Désolée, j'ai supprimé ta comm en faisant une ma

      Supprimer
  2. Réponses
    1. Idem, je devais avoir revêtu mes moufles virtuelles ce matin !

      Supprimer
  3. Je vais finir par l'acheter, j'avais peur que le sujet soit trop lourd, j'attendais. Cette fois grâce à ta critique je vais sans doute l'acheter
    Bonne journée Isa
    Bisous

    RépondreSupprimer
  4. Il m'attend dans ma PAL. j'ai voulu laisser passer l'engouement qui s'est créé autour de ce roman, pour pouvoir en profiter à ma façon, un peu plus seule. Superbe critique! Il n'est jamais trop tard ;-) Bises

    RépondreSupprimer
  5. J'ai acheté ce livre il y a un moment... Et j'en trouve toujours un autre à lire en priorité, remettant cette lecture à plus tard... J'appréhende cet instant car le sujet me touche beaucoup. Si je n'ai pas commencé ce livre, j'ai lu tous les articles rencontrés qui lui étaient consacrés. Le tien est très beau.

    RépondreSupprimer
  6. J'aime beaucoup ta façon d'analyser ton ressenti après lecture...

    RépondreSupprimer
  7. J'avais beaucoup aimé également... En effet ça fait réfléchir!

    RépondreSupprimer
  8. Je suis également à la ramasse puisque je ne l'ai toujours pas lu ^^
    Merci pour ton avis !

    RépondreSupprimer
  9. Avec tout le bien que j'entends sur ce livre, je vais me lancer. Mais je vais attendre la sortie en poche avant... :)

    RépondreSupprimer
  10. moi aussi je l'ai aimé. Je ne suis pas fan des épanchements autobiographiques en général, mais là, c'est sacrément réussi.

    RépondreSupprimer
  11. C'est fou car dès la sortie du livre j'ai été très attirée mais je n'ai pas encore franchi le pas, merci pour ton avis car je pense que je vais me lancer dans cette lecture.
    Nad

    RépondreSupprimer
  12. Delphine de Vigan a remporté le Prix Rernaudot des lycéens et dans ce cadre-là, j'ai pu la rencontrer. Les élèves ont pu poser des questions sur sa façon d'écrire et sur ce livre plus particulièrement. J'ai vraiment retenu l'idée qu'elle avait voulu créer un personnage de fiction et surtout ne pas blesser les frères et soeurs de sa mère défunte. Un bon roman. Dans la sélection du Renaudot Lycéens, il y avait aussi Limonov de Emmanuel Carrère qui est très bien mais pour un public averti !
    Bises
    Flo
    http://fonduaunoiretbigoudis.wordpress.com/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aurais adoré vivre cette expérience !

      Supprimer
  13. J'ai peu de temps pour lire en ce moment, néanmoins tu as attisé ma curiosité et l'envie de plonger dedans... Je l'ajoute à la longueeee liste de ce que j'ai envie d'acheter ;-

    RépondreSupprimer
  14. Tout s'oppose à ce que je lise ce livre, mais bon, dans quelques dizaines d'années peut-être!

    RépondreSupprimer
  15. IL est dans ma PAL, je n'au toujours pas trouvé le courage de le commencer.

    RépondreSupprimer
  16. je ne lis pas beaucoup je prefere plus les temoignages fe fait divers ou des trucs assez leger :) rho l inculte!!! mais j'avoue que ta critique me pousse a m y interesser et surtout le theme est tres interessant :) biz

    RépondreSupprimer
  17. J'en ai effectivement beaucoup entendu parler, mais je n'ai pas encore pris le temps de le lire. Sur la "to do" des prochaines vacances.

    RépondreSupprimer
  18. Tu sais que j'ai adoré, j'en avais parlé aussi, et je suis heureuse de lire ton propre ressenti,ton point de vue, que je partage !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je me souviens très bien de ta critique ...

      Supprimer
  19. Je viens tout juste de le terminer & de publier mon article sur mon blog.
    Ce livre m'a touchée, bouleversée

    RépondreSupprimer
  20. Figure toi que je l'ai acheté à sa sortie... et que depuis je n'ai pas osé le lire... Tu n'es donc pas la dernière à le lire, il me fait à la fois très envie et un peu peur aussi..!

    RépondreSupprimer